George Tatge



 

Le sujet de prédilection de George Tatge: le paysage. Mais pas n’importe lequel. Un paysage qui dérive bien souvent vers l’allégorie et la vision mentale. Des paysages qui s’inscrivent assurément dans la continuité directe d’une longue tradition allant d’un Constable et des vues romantiques des peintres américains de l’Ecole de « Hudson River » aux néoromantiques conceptuels du Land Art. Ici et là, une barre de fer, un débris abandonné au bord de la route, le reste amorphe de ce qui fut et qui n’est plus, nous ramène au monde d’aujourd’hui et à sa fascination pour la ruine dans sa version contemporaine.
Pour George Tatge, la création d’images nécessite un grand soin et beaucoup de patience. Aussi prend-il le temps de s’installer devant ses sujets. Les poses longues déterminent en grande partie ses thèmes. Tatge photographie à la chambre avec un appareil en bois ne permettant de charger qu’une image à la fois. Il soumet ainsi chacune de ses tentatives au risque de l’erreur. Et pourtant, les images sont impeccables de clarté et de précision. Les textures du noir-et-blanc, savoureusement profondes, s’étalent sur toute la surface des émulsions. Tatge revisite la dimension historique de la photographie afin de la confronter aux préoccupations esthétiques du monde contemporain. Entre ses mains, la photographie devient un instrument susceptible de brouiller durablement notre sens de la datation.

>>Télécharger la biographie