Kourtney Roy

« Sorry No Vacancy »



28/09/2017 au 28/10/2017


La Galerie Catherine et André Hug présente la troisième exposition personnelle de Kourtney Roy. Dans la continuité de son travail, Kourtney Roy utilise sa propre image pour en faire un personnage dans un monde débordant d’associations et de scénarios étranges et mystérieux.

Dans « Sorry, No Vacancy » l’artiste a convoqué l’ineffable dans les espaces immenses et isolés du Sud Ouest du Texas. Les décors de cette série sont des lieux en marges et transitoires ; des autoroutes lointaines, des magasins de souvenirs abandonnés et des villes esseulées qui semblent flotter sur le paysage telles des images fantômes d’un passé révolu.

>>Dossier presse

INVVITATION MAIL francais kourtney

Reine Pardis

Jungle



Du 08/06/2017 au 13/07/2017


Shootée dans de nombreux endroits à travers l’Amérique, la série photo «Jungle» nous emmène dans un voyage introspectif à travers un monde symbolique et chromatique, projeté au-dessus des limites de la réalité et de l’imagination.

Toutes les scènes sont imaginées et conceptualisées avant d’être shootées dans des endroits réels. Une fois que la scène est visualisée dans sa totalité, Paradis fait des croquis et peint la scène qui sert ensuite de référence lors de la photographie de la scène finale. Tous les costumes, accessoires et origamis sont méticuleusement conçus et préparés selon la vision initiale de la scène.

Chaque scène est une aventure et une histoire en elle-même.

 

>>Dossier presse

flamengus-sketch-and-photo

Vincent Mercier

441 Palm Springs



29/04/2017 au 3/06/2017


Les photographies de Vincent Mercier travaillent presque toujours la collision du présent et du passé, il est aux aguets d’une couleur perdue, fragile, revenue de loin, même si la prise date d’ici et maintenant. C’est son alchimie particulière, un peu mystérieuse, un travail sans doute très technique sur les couleurs que le profane ne sait pas définir ; tout ce qu’il sentira, c’est un souffle subtilement vintage l’étourdir un instant. L’architecture le passionne et marque ses images, ordonnées et géométriques. Des lignes interfèrent dans ses paysages. C’est son Amérique à lui que Vincent Mercier décrit, marqué par l’empreinte indélébile que lui ont laissé les jeux de son enfance. Coloriste, il maîtrise une couleur qui donne à ses images une texture singulière. Telles des peintures d’Edward Hopper, les rares personnages sont figés dans un temps qui semble suspendu à la suite du voyage. Ce temps s’est arrêté dans la mémoire du photographe qui souhaite vivre éternellement cet instant. Aujourd’hui ou demain, ces images auront toujours leur place, celle d’une Amérique idéalisée qui laisse transparaître des températures extrêmes et un silence de mort. Le papier mat, sec, rappelle ces paysages désertiques, empreints de solitude. Seul, Vincent Mercier ne cherche pas l’autre dans ses photographies, mais va à la rencontre de ces paysages solaires et silencieux.

>>Dossier presse

3 photos

Mona Kuhn

« New Works »



04/11/2016 au 17/12/2016


Dans la cadre de Photo Saint Germain  la Galerie Catherine et André Hug présente « Mona Kuhn , New Works » , une sélection de photographies issues des deux dernières séries  « Private » et « Acido Dorado » de Mona Kuhn.                                                                                                                 Mona Kuhn commence chaque série avec  une palette spécifique de couleurs et  d’ émotion à l’esprit .  Chacune d’elle est comme une ballade lyrique, ouvrant un dialogue sur l’interaction du corps humain avec son environnement physique. « Private » et plus particulièrement « Acido Dorado » la voient élargir sa palette, tournant son attention vers le paysage et les relations du corps à l’architecture. La série Acido Dorado se situe à l’intérieur de la structure moderniste du même nom, de l’architecte Robert Stone  dans le parc national  de Joshua Tree en Californie. Dans cette maison ou tout n’est que verre, reflets et miroirs  et ou l’impression d’être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur prédomine , Mona a  utilisé  le verre comme surface pour son travail et a observé  comment la lumière du désert créaient des formes selon les moments de la journée,  elle a ainsi photographié plus qu’un nu : une abstraction de nu. Pour Private Mona Kuhn a pénétré le cœur du désert américain, elle a voyagé dans les régions du Mojave et de l’Arizona, entrant pour la première fois dans les parties éloignées d’une réserve Navajo, des zones proches du James Turrel’s Roden Crater. « Private « propose un monde dans lequel la réalité concrète et la réalité imaginaire ne font qu’une. Des plantes et des animaux au bord de la survie, des paysages baignés de soleil et une terre sculptée par le vent sont entrecoupés par une série de nus qui poussent la sensibilité renommée de Kuhn à la forme humaine dans des directions inattendues.

>>Dossier presse

sans-titre-4

Will Adler et Morgan Maassen

Pacific



16/10/2016 au 22/10/2016


La galerie  continue son exploration du rêve américain et prolonge l’été avec l’ exposition « Pacific » de Will Adler et Morgan Maassen.

Will Adler est un jeune photographe de 30 ans basé à Los Angeles connu pour ses photos sur le monde du surf. Ses images à la lumière diffuse traduisent l’esprit et l’atmosphère du lieu autant que l’action du sport et lui ont values un véritable culte dans le cercle de la photographie de surf. Il montre des images de la Californie qu’il réalise pour lui-même et pour des magazines tels que Juxtapoz, Neon, Surfer, WAX, et The New Yorker. Pour son exposition à la galerie Hug, Will Adler a invité un de ses amis : Morgan Maassen » ,un jeune photographe et cinéaste vivant à Santa Barbara, à exposer avec lui. Ils adoptent tous les deux une approche très décontractée dans cette série de paysages de bord de mer ou l’accent est mis sur le plaisir sensuel plus que sur l’ exploit sportif.

>>Dossier presse

morgan-and-moose-will-adler

Exposition collective

Le rêve américain



2/07/2016 au 23/07/2016


>>Dossier presse

carton collective été 2016

Philippe Chancel

Drive Thru



11/05/2016 au 18/06/2016


La Galerie Catherine et André Hug présente la série « DRIVE THRU » de Philippe Chancel .                                                                                         Flint, USA est le onzième point cardinal de la constellation Datazone. Voisine de Detroit, aujourd’hui ville abandonnée à une désindustrialisation désastreuse, la ville fût jadis le fief de General Motors, employeur principal et créateur de l’objet culte du bonheur à l’américaine. Si les années 40 ont vu les Buick Roadmaster ou ,lylark devenir les stars du grand écran hollywoodien, les modèles Riviera, Gran Sport ou Wildcat, ont été les compagnes des héros d’action de séries télévisées, la Special a incarné le bonheur familial de l’American Dream. Accomplir le Rêve Américain c’était aussi posséder, une Dream House. Un idéal utopique, fondé sur la maison individuelle plutôt que la construction d’une ville, – garantie de paix sociale et du développement économique : construire des maisons pour les remplir de toutes sortes d’équipements, et pouvoir s’y rendre en voiture.                                                                                                                                                                              Mais Flint est aujourd’hui exsangue. En approche, Philippe Chancel accomplit la traversée des lignes graphiques et temporelles d’une photographie de Walker Evans. Puis à sa manière, le photographe s’immerge dans les quartiers à l’abandon, pénètre les maisons délaissées, et pose son regard sur les vies occultées, – jusqu’au réveil brutal d’un état d’urgence -déclaré par Barack Obama en 2016, pour pollution mortelle de l’eau par le plomb, conséquence néfaste du rasage au sol des usines.                                                                                                                        Philippe Chancel affine son approche documentaire, avec une écriture cohérente : le présent est la force qui l’oblige à revenir à l’essentiel, à rester centré, classique, sans effet et à saisir avec précision. En prenant de la hauteur, il cartographie la disparition en une proposition de territoires à reconquérir. Ses photographies réveillent notre humanité, car de leur présence naît la lueur d’un possible renversement.

>>Dossier presse

USA, Datazone Flint  2 Série Drive Thru 2015 © Philippe Chancel

Susan Meiselas

Crossings – Over the US-Mexican Border



Du 24 mars au 23 avril 2016


La Galerie Catherine et André Hug présente la série « Crossings » réalisée en 1989 par Susan Meiselas.

Au cours d’un long parcours photographique empreint de la temporalité de son époque, engagée sur les sujets qui méritent le regard du témoin de l’histoire et solidaire avec les peuples en errance, Susan Meiselas accompagne les migrants alors qu’ils tentent de franchir la frontière américano -mexicaine. La série Crossings sera exposée pour la première fois en 1990 au Art Institute de Chicago, elle incarne le risque engagé par des hommes et des femmes pour franchir cette frontière, ligne de démarcation entre deux Amériques, entre deux réalités et point d’entrée vers une vie meilleure incarnée par le rêve américain, symbole de liberté et de démocratie.

 

>>Dossier presse

RECTO Susan Meiselas carton

Dennis Stock

The California Trip



Du 05/02/2016 au 12/03/2016


Poursuivant son exploration du rêve américain la Galerie présente du 5 février au 12 mars 2016 la série « California Trip » réalisée en 1968 par Dennis Stock.                                                                                                                                                                                                                                          Le photographe américain   – envoyé à Hollywood au début de sa carrière par l’Agence Magnum Photos -, donna naissance à des séries photographiques en noir et blanc, dont l’intemporalité révélèrent les légendes d’Hollywood et les maitres du jazz, mais aussi les diverses sous-cultures comme les gangs de motards ou les communautés de hippies. Pour la série mythique The California Trip (1968), Dennis Stock voyagea autour et le long de la côte ouest des Etats-Unis, photographiant ainsi l’âge d’or de la culture hippie accomplissant ainsi un véritable voyage initiatique.

 

>>Dossier presse

USA. California. 1968. Venice Beach Rock Festival.

Sylvie Meunier et Patrick Tourneboeuf

American Dream



Du 10/12/2015 au 16/01/2016


Pour leur première exposition à la galerie Catherine et André Hug le duo d’artistes  Sylvie Meunier et Patrick Tourneboeuf  nous présente un projet  partagé entre distance et tendresse qui nous plonge dans l’Amérique des années 50, dans cet âge d’or d’après guerre où tout semble possible et tout est en place pour incarner cet American Dream.

>>Dossier presse

american-dream Sylvie Meunier et Patrick Tourneboeuf 01

Kourtney Roy

Enter as Fiction



Du 29/10/2015 au 05/12/2015


Dans le cadre de Photo Saint Germain la galerie Catherine et André Hug présente la deuxième exposition personnelle de Kourtney Roy dont les  autoportraits  vous emmène dans un road trip à travers les paysages désertiques de l’ouest des Etats Unis. Kourtney aime raconter des histoires  un peu mystérieuses ou le merveilleux surgit dans la banalité du quotidien.  Le cinéma  comme la littérature sont des  sources d’inspiration essentielles et ses photos sont comme des images de films : des petits bouts de fiction.

 

 

>>Dossier presse

Carton recto Kourtney

Raymond Depardon

« Manhattan Out » / « Correspondance new-yorkaise »



19 septembre au 24 octobre 2015


En 1980, Raymond Depardon vient d’intégrer l’agence Magnum et pour sa série Manhattan Out il se rend à New York avec une amie. Chaque jour, il prend son appareil, l’enfile autour du cou et photographie sans pointer, depuis sa poitrine, au fil de ses errances journalières.
L’année suivante à l’été 1981, le photographe retourne à New york et entame La Correspondance New Yorkaise pour Libération. Chargé d’envoyer une photo quotidienne et légendée de la grosse pomme au journal il livre une vision très personnelle de New-York, à travers les yeux tristes d’un homme en constante réflexion sur le monde qui l’entoure.

>>Dossier presse

USA. 1981.

Jean Queyrat

Cheyenne, Wy



Du 10/04/2015 au 02/05/2015


« Cheyenne, Wy » est la première exposition personnelle de Jean Queyrat à la galerie. Dans cette série Jean Queyrat a photographié Larry, Jim, Tom, Bill, Ned… Ils portent l’un de ces prénoms qui ont tissé la légende de l’Ouest Américain.
Le vent, la pluie, la neige, le soleil, ont sculpté les visages de ces hommes.
On dirait que la nature leur a fait passer un bout d’essai avant de les engager.
Ils veillent sur les bisons qui ont failli disparaître des grandes plaines……
Ceux qui aiment le confort d’une vie routinière passent leur chemin.
Larry, Jim, Tom, Bill, Ned, sont des personnages qui jouent le rôle de leur vie et Jean au travers de ces photographies nous fait partager leur destin qui épouse celui des bisons des grandes plaines..

>>Dossier presse

Jean Queyrat Cheyenne 13

Maroesjka Lavigne

Island



Du 05/03/2015 au 04/04/2015


Island, est la première exposition solo de Maroesjka Lavigne à la galerie Catherine et André Hug . En 2012, à 21 ans, la jeune photographe passe quatre mois à conduire à travers l’Islande, seule, attirée par la nudité du paysage. Plutôt que de saisir un paysage poétique plein de sources azures et de neige silencieuse, les images fortes et cinématiques de Lavigne racontent un quotidien hors du commun. Partout, toujours, des nuances de blanc. La neige est devenue un décor sans forme, indéterminé mais infiniment malléable. Elle avale le sol et le ciel ; elle recouvre les bus, les bateaux, et les touristes intrépides . La série Islande de Lavigne a été sélectionnée par Foam Magazine comme finaliste du prestigieux Foam Talent Call, a gagné le grand prix de Lens Culture pour photographes jeunes et émergents. Lavigne vit et travaille à Gand, en Belgique ou elle a obtenu un master de photographie en 2012

>>Dossier presse

Heimaey 2012

Collectif

winter show



Du 12/12/2014 au 17/01/2015


Maroesjka Lavigne, Ebbe Stubb, George Tatge, Tribble & Mancenido

>>Dossier presse

Yello House on the road 2011

MIKI NITADORI

ODYSSEY



Du 06/11/2014 au 29/11/2014


Dans le cadre du mois de la photographie organisé par la Maison Européenne de la Photographie la Galerie Catherine et André Hug présente « Odyssey » de Miki Nitadori sous la délégation artistique de Valérie Fougeirol ( Thématique « Anonymes et amateurs célèbres). Pour cette exposition à la galerie Miki s’est intéressée et inspirée de l’immigration japonaise à Hawaï qui a commencé à la fin du 19ème siècle. Les principaux travaux présentés dans l’exposition sont ces photographies américano-japonaises du début du 19e siècle jusqu’aux années 1950 que Miki a scannées, agrandies et manuellement transférées sur des tissus imprimés représentant pour elle la diversité des modèles culturels, traditionnels et symboliques qui reflète l’environnement et la communauté

>>Dossier presse

Sakura

Collectif

OBSERVE, OBSERVE PERPETUALLY



Du 02/10/2014 au 31/10/2014


La galerie présente une exposition de photographies en noir et blanc autour du paysage. Les travaux de George Tatge ,Adam Katseff, Stuart Franklin( Narcissus) and Shinya Ichikawa (Mother lake) répondent à Virginia Woolf qui recommande « Observe, observe perpetually » jusqu’à apprécier la dimension spirituelle du paysage…

>>Dossier presse

Cervia

JESSICA CRAIG MARTIN

THE OPTIMISTS



Du 17/04/2014 au 24/05/2014


Jessica Craig-Martin dans son exposition « the optimists » à la galerie Catherine et André Hug dévoile une fois de plus la distance entre l’hypocrisie des magazines people et la réalité qui se cache derrière. « Je ne m’intéresse pas à l’individu mais à la célébration compulsive, au voyeurisme, au jugement et à la consommation ostentatoire qui sont inhérents à notre culture. Je trouve la beauté dans l’optimisme, sans doute erroné, comme l’est peut-être toute forme d’optimisme. Ma caméra veut éradiquer l’individu. Je vois mon travail comme des études abstraites de paillettes, de mollusques expulsés et de visons climatisés. La vanité, l’excès, la vulnérabilité, les rituels sociaux obscures, la carapace qui se fissure. Imaginer les Oscars est plus merveilleux que d’y être. Le glamour est un mirage. Si on s’en approche, il s’évapore. » JCM

>>Dossier presse

TheGeneral

KOURTNEY ROY

FIXED IN NO-TIME



Du 06/03/2014 au 05/04/2014


Kourtney Roy mêle la fiction et l’autoportrait à travers des personnages de femmes trop parfaites encapsulées dans la banalité d’une autre époque..Dans sa superbe présence, l’héroïne attend l’autre pour lui donner un sens et ses autoportraits sont des films à usage unique.

>>Dossier presse

Exposition-Kourtney-Roy

MATTHIAS SCHALLER

DISPORTRAITS



Du 30/01/2014 au 01/03/2014


Disportraits explore les liens entre les notions de distance et d’espace, de présence et d’absence et finalement la condition humaine.. Matthias Schaller dit de cette série : Comme dans toutes mes séries ce qui guide mon travail c’est le portrait et ses variations. J’aime l’idée de créer un lien entre le sujet et l’espace (dans le cas présent le célèbre Galileo) ….La combinaison d’astronaute est une métaphore de l’être humain. A travers elle je peux d’une façon simple et visuelle montrer que je crois que nous sommes tous des astronautes. Nous sommes tous seuls, isolés les uns des autres et nous essayons par une communication verbale et non verbale de rentrer en contact les uns avec les autres pour ne pas nous sentir seul. Chaque individu est un espace avec ses propres règles, histoires et relation au monde extérieur

>>Dossier presse

- Matthias-Schaller - 9.1

ACEY HARPER

NO LIMITS 2



Du 05/12/2013 au 18/01/2014


Pour sa deuxième exposition à la galerie Acey Harper continue à nous surprendre avec ses artistes si athlétiques qu’il a photographié dans des lieux totalement inattendus, sans maquillages, sans costumes ou éclairage artificiel . « J’ai toujours essayé de faire en sorte que l’acrobate et le paysage ne fassent qu’un” dit Acey Harper et c’est ainsi que ses sujets pendent des arbres, sont suspendus à des chaines ou des poutres anciennes, flottent au dessus de l’eau ou remplacent des gargouilles sur des bâtiments.

>>Dossier presse

Exposition-acey-Harper

SUSAN MEISELAS

PRINCE STREET GIRLS



Du 06/11/2013 au 30/11/2013


La galerie consacre une exposition personnelle à la grande figure du photojournalisme américain, Susan Meiselas (née en 1948) et plus particulièrement à l’un de ses anciens projets documentaires réalisés dans les rues de New York à la fin des années 1970. Dans son quartier de Little Italy, Susan Meiselas a photographié et regardé grandir « les filles de Prince Street ». Elle a capturé leur vie quotidienne, après l’école ou à la plage mettant principalement l’accent sur leurs relations intimes

>>Dossier presse

After school on the corner of Prince and Mott Streets, NYC 1976

STEFANIE SCHNEIDER

THE GIRL BEHIND THE WHITE PICKET FENCE



Du 13/06/2013 au 20/07/2013


La galerie Catherine et André Hug présente une sélection de photographies de la série “The Girl behind the white Picket Fence”, ainsi que le film éponyme de 60 minutes réalisé à partir de 4000 clichés Polaroid.

>>Dossier presse

expo-stefanie-Schneider